Éric LIMOUSIN

Maître de conférences, Université Bretagne Sud

 


 

Limousin, É. (1999). Les lettrés en Société : philos vios ou politikos vios ? Byzantion, 59, 344–365.
Limousin, É. (2013). L’entourage de l’empereur ou comment obtenir l’autorité du prince à Byzance aux IXe-Xe siècles. In H. Oudart, J.-M. Picard, & J. Quaghebeur (Eds.), Le Prince, son peuple et le bien commun de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge (pp. 233–253). Rennes: Presses universitaires de Rennes.
Limousin, É. (2014). Zoé : derrière l’image et les mariages. Une politique ? In É. Malamut & A. Nicolaïdès (Eds.), Impératrices, princesses, aristocrates et saintes souveraines de l’Orient chrétien et musulman au Moyen Âge et au début des Temps modernes (pp. 71–84). Aix-en-Provence: Presses universitaires de Provence. Retrieved from https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01247440
Limousin, É. (2013). [notices] Léon de Tripoli ; Licario ; Giovanni de lo Cavo ; Krybitziotès. In G. Buti & P. Hroděj (Eds.), Dictionnaire des corsaires et des pirates. Paris: CNRS éditions.
Limousin, É. (2014). La rhétorique au secours du patrimoine : Psellos, les impératrices et les monastères. In L. Theis, M. Mullett, & M. Grünbart (Eds.), Female founders in Byzantium and beyond (pp. 163–175). Vienne: Böhlau.
Limousin, É. (2015). L’empoisonneuse empoisonnée : l’impératrice et le poison. In L. Bodiou, F. Chauvaud, & M. Soria (Eds.), Les vénéneuses figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours (pp. 167–178). Rennes: Presses universitaires de Rennes. Retrieved from https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01247442
Limousin, É. (2016). Constantin IX Monomaque : empereur ou homme de réseau ? In H. Bresc (Ed.), Réseaux politiques et économiques (édition électronique), 140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Reims, 2015 (pp. 26–37). Reims. Retrieved from http://cths.fr/ed/edition.php?id=7147
Limousin, É. (2016). La piraterie en Méditerranée médiévale. In G. Buti & P. Hroděj (Eds.), Histoire des pirates et des corsaires de l’Antiquité à nos jours (pp. 117–127). Paris: CNRS éditions.