Nicolas DROCOURT

Maître de conférences en histoire médiévale
Université de Nantes

 
 

N. Drocourt, Rompre la paix : entre l’idéologie de la paix et la réalité de l’irrespect des traités diplomatiques à Byzance (VIIe-XIe siècle), Erytheia 24, 2003, p. 45‑75.
N. Drocourt, La mort de l’ambassadeur. Faits, causes, enjeux (VIIe-XIIe s.), Revue des études byzantines 71, 2013, p. 64‑104.
N. Drocourt, Anne Comnène, dans B. Dumézil (éd.), Les barbares, Paris 2016, p. 204‑206.
N. Drocourt, Au nez et à la barbe de l’ambassadeur. Cheveux, poils et pilosité dans les contacts diplomatiques entre Byzance et l’Occident (VIe-XIIe s.), dans E. Juhàsz (éd.), Byzanz und das Abendland. IV, Studia Byzantino-Occidentalia (Antiquitas, Byzantium, renascentia XXI), Budapest 2016, p. 107‑134.
N. Drocourt, Ambassades latines et musulmanes à Byzance : une situation contrastée (VIIIe-XIe siècle), Byzantion 74, 2004, p. 348‑381.
N. Drocourt, Ambassadeurs étrangers à Constantinople : moyens de contacts, d’échanges et de connaissances partielles du monde byzantin (VIIIe-XIIe siècles), dans F. Clément, J. Tolan et J. Wilgaux (éd.), Espaces d’échanges en Méditerranée. Antiquité et Moyen Âge (Histoire), Rennes 2006, p. 107‑134.
N. Drocourt, Alexis Comnène, dans B. Dumézil (éd.), Les barbares, Paris 2016, p. 161‑165.
N. Drocourt, Constantinople, dans B. Dumézil (éd.), Les barbares, Paris 2016, p. 464‑469.
N. Drocourt, Les Francs vus par les Byzantins, dans B. Dumézil (éd.), Les barbares, Paris 2016, p. 597‑602.
N. Drocourt, Une diplomatie sans langue ? La question des échanges linguistiques dans la diplomatie médio-byzantine, dans D. Couto et S. Péquignot (éd.), Les langues de la négociation : approches historiennes (Histoire), Rennes 2017, p. 25‑61.
N. Drocourt, Les animaux comme cadeaux d’ambassade entre Byzance et ses voisins (VIIe-XIIe siècle), dans B. Doumerc, C. Picard et A. Ducellier (éd.), Byzance et ses périphéries: hommage à Alain Ducellier (Méridiennes), Toulouse 2004, p. 67‑93.
N. Drocourt, Diplomatie sur le Bosphore : les ambassadeurs étrangers dans l’empire byzantin des années 640 à 1204 (Mémoires 11), Louvain / Paris 2015, 2 vol.
G. Traina, L’ambassade  de  l’Arménien  Narsēs/Narseus  (a. 358), dans A. Becker et N. Drocourt (éd.), Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques : Rome - Occident médiéval - Byzance (VIIIe s. avant J.-C. - XIIe s. après J.-C.) (Centre de recherche universitaire Lorrain d’histoire 47), Metz 2012, p. 203‑209.
É. Malamut, Réfugiés politiques et transfuges à Byzance, dans N. Drocourt et É. Schnakenbourg (éd.), Thémis en diplomatie: droits et arguments juridiques dans les relations internationales de l’Antiquité tardive à la fin du XVIIIe siècle, Rennes 2016, p. 243‑259.
É. Malamut, La figure de l’ambassadeur byzantin auprès des Ottomans dans la première moitié du XVe siècle, dans N. Drocourt (éd.), La figure de l’ambassadeur entre mondes éloignés : ambassadeurs, envoyés officiels et représentations diplomatiques entre Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien (XIe-XVIe siècle), Rennes 2015, p. 79‑95.